Code électoral: Plaidoyer pour la révision de certaines dispositions

    Pour renforcer la transparence des scrutins électoraux et permettre aux citoyens d’élire librement leurs candidats, des révisions doivent être apportées à quelques dispositions du code électoral.

    C’est en tous cas ce qu’a plaidé jeudi dernier sur les ondes de la chaîne I de la Radio nationale Abdelwahab Derbal, président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE). L’invité de la radio affirme que «certaines dispositions du code électoral actuel, ont besoin d’être revues pour garantir le respect du choix des électeurs», citant notamment la disposition relative au seuil de 7% des suffrages qu’un parti doit obtenir aux législatives pour la comptabilisation des voix, une condition qui, selon lui, ne reflète pas réellement le choix des électeurs. Selon lui, «Le vote est un mécanisme qui permet aux électeurs de choisir la personne qu’ils jugent compétente et le programme qui répond à leurs intérêts, autrement cette opération n’a pas d’utilité et les instances élues ne refléteront pas la volonté des électeurs», a-t-il soutenu. Il a lancé un plaidoyer pour l’ouverture d’un large débat qui permettra ensuite l’amendement de la loi organique qui prend du temps, a-t-il indiqué.
    «Le code électoral est une loi organique dont l’amendement prend du temps, d’où la nécessité d’ouvrir un large débat et d’engager un dialogue serein avec l’ensemble des partenaires politiques» a affirmé M. Derbal, excluant que sa révision intervienne avant les élections communales et de wilaya du 23 novembre.
    Concernant ces élections locales, il a fait savoir que «par rapport aux législatives du 4 mai 2017, il y a eu beaucoup moins de recours qui sont parvenus à la HIISE», et ce, a-t-il dit, grâce aux grands efforts consentis par les partis politiques et l’administration pour améliorer les choses.
    S’agissant de la campagne électorale animée avant l’heure par des partis politiques sur les réseaux sociaux, M. Derbal a indiqué qu’»il n’est pas possible de surveiller la Toile».
    Selon lui, cette activité sur Internet est positive en ce qu’elle permet aux uns et aux autres de se forger une opinion.
    Pour ce qui est de la couverture médiatique des élections, le responsable a exhorté les journalistes à faire preuve de professionnalisme, mettant en avant la noblesse de la mission des médias et la lourde responsabilité qu’il leur incombe dans le façonnement de l’opinion.

    Alger: Samir Hamiche

    PARTAGER

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here