Plus de 9 millions d’élèves rejoignent les bancs de l’école

    L’enjeu est principalement pédagogique et la ministre de l’Education nationale entend certainement rester sur cette ligne. Les fameuses réformes de seconde génération seront au cœur de la démarche ministérielle, même cette dernière sera rendue plus difficile en raison des problèmes organisationnels et pratiques qui continuent de coller au secteur. 

    Deux jours après la rentrée parlementaire, c’est aujourd’hui la rentrée des classes. Plus de 9 millions d’élèves feront, qui, leurs premiers pas, qui leur dernière ou encore leur seconde ou troisième année dans les 26.964 établissements scolaires que compte la République. Ils feront face à 36.206 nouveaux enseignants dont 26.197 enseignants issus de la plateforme numérique, 10.009 enseignants admis lors du concours de recrutement de juin dernier, en sus d’enseignants diplômés des écoles normales supérieures et des enseignants titulaires. Des chiffres énormes donc qui illustrent l’importance de l’exercice pour les fonctionnaires du ministère de l’Education et à leur tête la ministre du secteur. Il faut savoir que Nouria Benghabrit a mis un point d’honneur à réussir cette rentrée scolaire. Elle a visiblement atteint son objectif au regard de la grande sérénité qui caractérise la famille de l’Education, toute préoccupée par les aspects pédagogiques. L’ouverture officielle donnée à partir de la wilaya de Ouargla, avec un thème en rapport avec la préservation de l’environnement, cette rentrée se déroule donc sous les meilleurs auspices possibles. Les syndicats et les parents d’élèves semblent regarder dans la même direction que la ministre et cette dernière évoque avec bien plus de facilité les véritables missions qui sont les siennes, à savoir, améliorer le rendement de l’école algérienne. Le département de Benghabrit s’emploie donc à «améliorer la maîtrise des langages fondamentaux au primaire, à revoir le système d’évaluation pédagogique outre la généralisation progressive de l’enseignement de Tamazight, l’amélioration de la gouvernance dans le système scolaire en poursuivant la numérisation du secteur et la mise en œuvre du programme national de formation en direction de tous les personnels», a souligné la ministre dans une récente sortie médiatique.
    Nous sommes donc de plain pied dans le registre de la pédagogie, très éloigné des considérations idéologiques qui ont fait bondir les islamistes de tous bords. Ces derniers, ont accusé Mme Bengharit de «visées laïques» et de volonté «attenter au référent religieux de l’école algérienne». La féroce campagne lancée l’année dernière contre la ministre, a certes fini en queue de poisson, mais a tout de même laissé un goût amer aux parents d’élève et à la société en général, quant aux tentatives d’instrumentalisation de l’école. Il n’est pas dit qu’il n’y ait pas récidive cette année encore, mais en ce jour de rentrée scolaire, force est de constater une dépolitisation salutaire du discours.
    L’enjeu est principalement pédagogique et la ministre de l’Education nationale entend certainement rester sur cette ligne. Les fameuses réformes de seconde génération seront au cœur de la démarche ministérielle, même cette dernière sera rendue plus difficile, en raison des problèmes organisationnels et pratiques qui continuent de coller au secteur. La surcharge des classes, le manque d’enseignants dans les régions enclavées et le transport des élèves dans nombre de localités rurales, empoisonneront, à n’en pas douter la vie des fonctionnaires de l’Education nationale.
    Mais l’important, estiment les observateurs, est la confirmation du cap réformiste de l’école, avec le souhait d’améliorer petit à petit le niveau des élèves, avec l’ambition assumée par le président de la République, de former les citoyens de demain. Second plus important budget du pays, en hausse malgré la crise financière. L’Etat donne un signal fort de sa volonté de pourvoir l’éducation des Algériens quoi qu’il lui en coûte.

    Alger: Smaïl Daoudi

    PARTAGER

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here